Les sacrifiés de Pierre Paulus

Pierre Paulus, la seule école communale d’enseignement technique et professionnel de Saint-Gilles, fermera ses portes définitivement ce 31 août 2017, entraînant avec elle son centre de formation en alternance (Cefa). Une école qui a eu du mal ces dernières années à retrouver le cap et s’est longtemps cherché une boussole1, plus de 6 directions depuis 2002. C’est peu dire que cette école n’a pas été dans les priorités politiques de la commune pendant plus de 20 ans, sous toute l’ère Picqué. Aujourd’hui donc, elle vit ses derniers mois. Seule une partie de ses sections seront reprises par la Cocof sur le campus du Ceria. De son côté, Saint-Gilles sera remplacé comme pouvoir organisateur par la Cocof dés ce 1er janvier.

capture-ecran-eleves-pierre-paulus
© Commeunlundi asbl

Un PO démissionnaire

Une fermeture, car il s’agit bien d’une fermeture de l’aveu même de l’échevin2, ça n’est pas simple à gérer et l’atterrisage est très loin d’être bouclé. Actuellement, les enseignants se battent avec leur syndicat à leur côté pour préserver leurs statuts, leurs priorités, ça négocie. Tout le monde ne s’y retrouvera pas, c’est certain, mais ils ont les moyens et la capacité de mobiliser et de mettre la pression pour obtenir un maximum de garanties. Quant aux élèves de Pierre Paulus, ceux-là précisément pour lesquels cette école a été créée, leur sort n’a l’air d’émouvoir personne sinon les travailleurs sociaux qui les accompagnent et quelques professeurs…

Ces élèves ne bénéficient pas de la défense d’un syndicat comme leurs profs, il n’y a pas d’association de parents à Pierre Paulus. Les parents des élèves de Pierre Paulus, vous ne les trouverez pas devant le bureau de l’échevin à exiger qu’on défende leurs mômes, parce que la plupart, ne disposent pas des informations ou des ressources pour le faire. Ils font confiance, comme beaucoup de parents des milieux précarisés, a priori, à l’école. Ce ne sont pas, pour la majorité d’entre eux, des électeurs saint-gillois. L’échevin de l’enseignement l’a répété à suffisance, seuls 15 % des élèves de Pierre Paulus sont saint-gillois, autant dire qu’ils ne pèsent pas lourds…

Le PMS de la Cocof, qui reprendra au 1er janvier l’accompagnement de ces élèves, ne bénéficiera pas d’heures supplémentaires alors qu’il sature déjà et qu’il va falloir être à côtés des élèves pour retrouver une nouvelle école pour ceux dont la section ferme ou qui ne pourront se rendre sur le campus du Ceria à Anderlecht.

Vous avez dit cynisme ?

Cynisme, c’est sans doute le mot qui résume le mieux la manière avec laquelle sont traités les élèves de Pierre Paulus.

Cynisme d’abord, quand le PO demande à l’école que les élèves qui vont devoir s’inscrire ailleurs le soient prioritairement dans des écoles du réseau officiel. Une exigence pour le moins étrange lorsqu’on sait toutes les difficultés que ces élèves, déjà exclus de toute part, auront à se réinscrire dans une nouvelle école, point n’était besoin de rajouter une conditionnalité.

Cynisme ensuite quand l’école organise l’exclusion scolaire en renforçant sa politique de comptabilité des demi-jours d’absence. En novembre, une quarantaine d’élèves ont déjà atteint leur quota et deviennent de facto des élèves libres. Un chiffre qui auparavant n’était jamais atteint avant Pâques. Ce seront des élèves en moins à recaser… et des élèves pour ceux qui sont majeurs, et ils sont nombreux, qui perdent aussi leurs allocations familiales.

Cynisme enfin quand au conseil communal, l’échevin nous garantit que tout sera fait pour accompagner les élèves et que les parents seront correctement informés. Certes, une lettre invitant à une réunion d’information est bien partie, mais elle a été envoyée le jour même de la réunion. Inutile de dire qu’aucun parent n’est venu.

IMG_1181Ces élèves, pour la plupart primo-arrivants ou issus de milieu précaire, ayant déjà un parcours scolaire plus que chaotique, n’avaient pas besoin de ça. On aggrave, quand on n’organise pas, leur décrochage scolaire. Ils n’étaient sans doute pas dans la meilleure école qu’on puisse imaginer, certaines sections étaient de véritables voies de garage, mais en attendant la grande révolution dans l’enseignement, n’est-il pas temps d’avoir un minimum de respect pour les élèves dont on ferme l’école ?

Ce 24 novembre, la majorité saint-gilloise présentera son projet de nouvelle école secondaire à pédagogie active lors du conseil communal. L’école ouvrira en septembre 2017 à la place de Pierre Paulus. On connaît désormais son nom : le lycée intégral Roger Lallemand. Un chouette projet, vraiment, que nous soutenons, un bel hommage à l’homme. Mais au vu de l’abandon des élèves de Pierre Paulus, il est assez piquant pour la majorité socialiste de prendre pour référence un homme qui citait souvent cette phrase qui résume bien son action politique : « La politique ne se réduit pas à la gestion de la société. Elle est une morale de la responsabilité et de la solidarité, une éthique de la générosité. » A méditer…

2 Interview d’Alain Hutchinson, échevin de l’Enseignement à Saint-Gilles, réalisée par les élèves de l’école Pierre Paulus,  : https://soundcloud.com/commeunlundiasbl

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :